Communiqué de presse EVAM

Communiqué de presse EVAM

Quelques considérations quant à la fermeture de l’abri de protection civile qui abrite des migrants à Nyon.

L’Association 24.9, bien que réjoui que les migrants n’aient plus à vivre sous terre, ce qu’elle a toujours défendu, tient à pondérer certaines informations qui circulent, notamment :

« Il y a moins de migrants du coup des abris et des foyers ferment »,

Il faut juste préciser qu’il n’y a pas moins de migrants à proprement parler mais qu’il y a simplement moins de migrants qui arrivent en suisse et de facto dans le canton de Vaud. Cela veut dire que les exilés qui fuient des zones ou leur vie sont menacées, se retrouvent parqués dans des camps près des frontières hors Suisse, ce qui rend leur condition encore plus précaire surtout considérant que nous allons vers la saison froide.

Le projet qui a mobilisé les Nyonnaise et Nyonnais le 24 septembre dernier n’était pas un projet à court terme pour faire face à la situation actuelle mais bien un projet avec une vision à moyen et long terme qui aurait permis à la ville de faire face aux afflux migratoires de manière digne.

Malgré la prochaine fermeture de l’abri de Nyon, notre responsabilité morale et légale d’accueillir des demandeurs d’asile est toujours présente. Nous restons convaincus que nous devons et pouvons le faire dans de bonnes conditions.

Un projet d’hébergement pour les migrants ne se fait pas au détriment de Nyonnais, au contraire il ne peut qu’être qu’un jalon dans la prise de conscience collective quant aux besoins des Nyonnaise et Nyonnais. Nous ne devrions pas avoir à choisir qui aider.

Nous ne pouvons que regretter que chaque nouvelle information à ce sujet, fasse fleurir bon nombre de commentaires nauséabonds, notamment sur les réseaux sociaux.

L’association 24.9 Agir pour Accueillir continuera donc de tout mettre en œuvre pour qu’une solution digne soit trouvée afin que notre commune puisse faire sa part et qu’elle reste la cité du bon accueil. Nous sommes convaincus que malheureusement nous allons devoir faire face à de nombreuses vagues migratoires dans les années à venir et qu’il est nécessaire d’agir afin que l’option des bunkers n’en soit plus une.

Pour le Comité
David Saugy, Président

Leave a Reply

Your email address will not be published.